Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2009

Feminite voilee

Les femmes voilées, c'est très bien. Parce que pendant qu'elles sont voilées, elles ne font pas de concurrence aux autres...
Grâce au port du voile, les femmes musulmanes se privent d'une part de leur séduction féminine. Car, pour lutter contre les méfaits du charme féminin, à savoir la possible séduction des hommes hors mariage, la religion musulmane impose aux femmes d’avoir l’air de « bonnes sœurs ».

Dans nos sociétés judéo-chrétiennes aussi, faire du gringue à d'autres hommes que son mari n'est pas bien vu. L'importance du contexte social, le jeu comportemental, la façon de s'habiller, se chargent d'ailleurs de dresser le voile entre la femme respectable et la femme "facile".

Mais, ceci dit, il reste heureusement une petite marge de manoeuvre ludique pour les femmes (comme pour les hommes) qui, disons-le, égaille le quotidien et dont il est bien difficile de se passer.

Mariage

Dans un petit salon bourgeois, aux fauteuils en velours bordeaux, Anaïs se prépare.
Elle a enfilé sa robe de mariée et elle essaye de placer une encombrante coiffe de tulle sur sa tête. Le salon est rempli d’accessoires, de fleurs, de parures. Anaïs est heureuse, sûre de ses charmes et de son pouvoir de séduction.

«Anaïs ?» C’est Frédéric, son fiancé.
Il rompt avec la tradition : il vient la voir avant la cérémonie. Il n’est pas prêt; il n’est même pas habillé.
Anaïs le sermonne mais il reste et s’assoie nonchalamment dans un fauteuil. Anaïs est décontenancée: la magie des préparatifs s’évanouit soudain.
Frédéric parcourt le salon des yeux puis regarde Anaïs :
- «C’est joli...c’est marrant..., dit-il.
- Tu me trouves ridicule ?
- Non. »

«Anaïs, où es-tu !? Je t’ai apportée ton bouquet !»
Belle-maman-tailleur-mauve arrive. Elle est choquée de trouver son futur gendre avec sa fille.
Elle inonde Anaïs de recommandations, elle jète un regard découragé à Frédéric et s’en va.

Anaïs est triste, elle s’a…