Accéder au contenu principal

Mariage


HortensiasDans un petit salon bourgeois, aux fauteuils en velours bordeaux, Anaïs se prépare.
Elle a enfilé sa robe de mariée et elle essaye de placer une encombrante coiffe de tulle sur sa tête. Le salon est rempli d’accessoires, de fleurs, de parures. Anaïs est heureuse, sûre de ses charmes et de son pouvoir de séduction.

«Anaïs ?» C’est Frédéric, son fiancé.
Il rompt avec la tradition : il vient la voir avant la cérémonie. Il n’est pas prêt; il n’est même pas habillé.
Anaïs le sermonne mais il reste et s’assoie nonchalamment dans un fauteuil. Anaïs est décontenancée: la magie des préparatifs s’évanouit soudain.
Frédéric parcourt le salon des yeux puis regarde Anaïs :
- «C’est joli...c’est marrant..., dit-il.
- Tu me trouves ridicule ?
- Non. »

«Anaïs, où es-tu !? Je t’ai apportée ton bouquet !»
Belle-maman-tailleur-mauve arrive. Elle est choquée de trouver son futur gendre avec sa fille.
Elle inonde Anaïs de recommandations, elle jète un regard découragé à Frédéric et s’en va.

Anaïs est triste, elle s’assoie :
- «Pauvre maman, elle fait beaucoup d’efforts pour toi,...si elle savait...»
« Si elle savait quoi ?» pense Frédéric, «si elle savait que je ne sais pas moi-même si c’est Anaïs que j’épouse ou son fric ?! Si elle savait qui j’ai été, comment on s’est rencontré ? »
Il repense à cette période. Il vivait de petites magouilles, passait ses nuits dans les bars ou les boites de nuit. Il l’avait rencontrée au Saint-Clair.
«Pas très nette non plus la jeune fille de bonne famille qui se bourrait la gueule pour se prouver qu’elle menait une vie palpitante.»
Ils s’étaient plu.

Pluie de confettis.
Anaïs et Frédéric sortent de l’église.

1993.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…