Accéder au contenu principal

Josepha : le féminin sculpté

Josepha expose ses sculptures à Toulouse du 24 au 28 novembre 2009 à la Galerie Daudet

Papoteuse
Corps de désirL'affiche de l'exposition, à la Galerie Alain Daudet à Toulouse du 24 au 28 nombre 2009, était intéressante. Elle montrait la sculpture en bronze d'une femme assise (Papoteuse fauteuil, H57x40x45 cm) dans une pose sensuelle, provocante.
Installée dans un fauteuil, jambes croisées, buste de biais, en appui sur un coude, la bretelle de la robe légère ayant glissé dévoilant pratiquement un sein, toisant le spectateur d'un regard direct, assumant l'indécence de la pose.
Le tout fixé dans un bronze de teinte dorée produisant un effet de chair mat ou encore de chair peinte comme font certaines femmes. Un effet de chair venant renforcer la présence de ce corps sensuel.
Les lignes obliques des jambes et du buste cadrées par les lignes verticales et horizontales du fauteuil rendant la sculpture très dynamique et donc séduisante à l'oeil.

Instant intime
La bretelle qui a glissé, la pose qui ne serait pas confortable longtemps, l'expression furtive du visage témoignent de l'instant. Comme si l'artiste avait voulu s'approprier ce moment sensuel.

Entre présence et absence
Cette empreinte du corps vivant et du temps dans la matière froide du bronze soulève un paradoxe entre présence et absence. Un paradoxe que l'on retrouve dans certaines oeuvres d'art contemporaines hyper-réalistes comme la statue en pied de Michael Jackson en porcelaine, par exemple.
En effet, on a la présence liée au rendu réaliste de certaines parties du corps (cou, épaules, clavicules, effet de chair, expression du visage), juxtaposée à l'absence qu'évoque la froideur du matériau ici le bronze.
C'est comme si le désir de toucher devait rencontrer un mur.

Le "teasing" de l'affiche fonctionnait bien. On avait envie de découvrir le reste de l'exposition et de savoir comment l'artiste interrogeait la sensualité et cette confrontation inerte/vivant.

Un art assez décoratif
Mais l'exposition ne répondait pas à ces attentes. Ce n'est pas le propos de l'artiste. La sculpture choisie pour l'affiche n'était pas révélatrice de sa démarche, démarche à travers laquelle elle fait preuve d'une grande dextérité dans un art assez décoratif qui renvoie, pour les oeuvres en résine, au travail de Niki de Saint-Phalle.
Les sculptures parlent bien de sensualité et de séduction mais via une beauté féminine "coquine-nette", qu'on peut laisser dans le salon.
D'ailleurs toutes ces femmes qui n'ont pas de culotte, n'ont pas de chatte non plus.

La Papoteuse fauteuil de l'affiche a trouvé acquéreur. Bon choix.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…