Accéder au contenu principal

La Fabrique de l’Amour



Vous êtes très amoureux(se). Ce sentiment accapare tout votre être. Dépassé(e) par les événements, vous ne comprenez pas trop ce qu’il vous arrive.

Pourtant, vous pourriez résister à cette passion qui vous épuise en vous donnant les moyens de relativiser. Car, Cupidon ne tire pas ces flèches au hasard. Et l’amour est un sentiment aussi facile à décortiquer qu’une cacahouète.

Libido
Où en êtes-vous de vos besoins sexuels ? Parce que si vous êtes en manque, il y a des chances que vous pouvez tomber amoureux de n’importe quoi : de la pire porte de prison au plus fermé des monastères. La pression en moins, il y a moyen de recouvrer la vue.

Entre Œdipe et Darwin
Examinez l’être aimé. N’a-t-il pas des faux airs de Papa ou de Maman, incarnant le modèle du Genre programmé depuis votre petite enfance ? Le piège tendu par l'inconscient est très grossier… Mais votre amour est aussi soumis aux lois de l’évolution. Cet homme ou cette femme dont vous admirez tant la beauté, ce qui semble faire de vous un esthète, n’est que le résultat d’un choix darwinien, guidé par un instinct reptilien hérité du fond des âges et qui vous pousse à la recherche des meilleurs gênes pour vous reproduire.

Ici et maintenant
Pourquoi ici ? Regardez autour de vous. Avez-vous le choix ? C’est comme dans un magasin d’Etat en Russie à l’époque communiste, s’il n’y a qu’un produit et qu’on vient de faire la queue, on ne cherche pas trois heures. Idem, si vous débarquez en terre inconnue, vous vous en laisseriez conter par le/la plus rustique des autochtones.
Pourquoi maintenant ? Ce béguin ne marque-t-il pas une étape décisive de votre vie personnelle ? Chagrin d’amour, pression de l’horloge biologique, déboires ou ennui professionnels, lassitude conjugale, crise personnelle, «L’amour, [votre] bel amour » existerait-il, si vous n’en étiez pas là ?
Examinez sagement les termes de votre équation amoureuse, isolez l’inconnue. Il y a des chances que votre passion fonde comme neige au soleil ou que l’objet de vos désirs apparaisse tout à coup bien interchangeable.

L’amour, c’est d’Enfer
Si vos sentiments résistent à l’analyse ou que vous n’avez pas franchement envie d’échapper à votre destin sentimental, il est vraisemblable que vous soyez un(e) incorrigible romantique. Vous préférez être le jouet de vos émotions telle une pelote de laine entre les pattes d’un chaton, ballotté(e) comme une coquille de noix au milieu d’un océan de larmes ou marchant à tâtons au bord d’un précipice. Vous engagez à n’être que le chien à qui on retire sa gamelle ou le/la préposé(e) à la surveillance des horizons lointains. Vous vous abonnez certainement à des séances de blues traînant vos savates ou pleurant sur vous-même, la tête entre les mains. Bon courage…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…