Accéder au contenu principal

La traque


Je remue la terre et les feuilles avec mon groin, je cherche quelque chose à manger dans l’air frais du matin. Qu’est-ce que je vais me mettre sous la dent aujourd’hui ?
Le goût, l’odeur de la terre, le bruissement des feuilles qui volent autour de moi quand je trace. Tout sera intégralement retourné, exploré, mis à jour. Une bonne heure d’activité.

Des bruits de portière, des voix, les aboiements des chiens. Ils sont là, ils sont nombreux : les chasseurs. J’entends leurs rires. Une formalité, à vingt, de déloger un sanglier. Après, c’est sûr, il faut le mettre en joue, ne pas le rater...
Je connais tout ça, j’ai réussi à m’échapper deux fois.

Que faire ?
On arrête tout. Il faut fuir, absolument s’en sortir.

Ils se mettent en ordre de bataille, le chef envoie les uns, les autres, à chaque coin du bois.
Je suis un nuisible. Qui me pleurera ? On est trop nombreux.

Mais je suis taillé pour foncer. Mon corps massif est profilé pour la course à haute vitesse. Mes pattes sont courtes mais puissantes et ma grosse tête dure et féroce, penchée en avant, peut tout défoncer.

Un coup part à côté, ils sont à droite, ils m’ont vu. Changement de trajectoire, je vire à gauche décrivant un grand arc de cercle. J’entends le boucan de la meute de chiens excités qui se rapproche de moi.
Je galope, je galope.
Je connais toutes les trouées à travers les fourrés, les raccourcis. Tous ces petits chemins, ça n’a pas de secret pour moi. C’est mon domaine. Je sais où étancher ma soif, dénicher les châtaignes, les faines, les champignons, je connais les meilleurs endroits où me vautrer et les arbres qui grattent bien le dos.

Dans ma course folle, les ronces prélèvent des touffes de mes poils drus colmatés de boue, je bouscule les arbrisseaux et mes flancs se râpent à la dure écorce des arbres. Un ravin : je prends mon élan, je saute. Je me rate. Je me récupère in extremis.

Là ! La route : la Grande Bleue ! Vite, après c’est l’autre forêt, peut-être qu’ils n’y sont pas encore ! Peut-être que je vais m’en tirer !
« PAN ! »
Puis le silence, puis les cris de victoire et les pas des chasseurs qui accourent.
« Quelle belle bête ! » « Il est encore tout chaud... »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…