Accéder au contenu principal

A la plage : comment ne rien laisser paraitre

Dans la série : "Vivre en société".

Vous êtes en vacances en bord de mer. A la plage, vous n'êtes pas une adepte du monokini, par pudeur ou parce que vous prétendez préserver un peu de mystère, sachant pertinemment qu'il n'y a pas d'érotisme sans dévoilement...
Par conséquent, vous êtes confrontée à ce problème quotidien : comment se déshabiller et se rhabiller à la plage ?
En fille prévoyante, à votre arrivée, vous arborez déjà votre tenue de bain, ainsi la question ne se pose qu'au moment du départ.

Sur n'importe quelle plage de la Côte atlantique, il y a de grandes chances que les mâles détournent le regard en gentlemen bien élevés, ou bien soucieux de ne pas paraître avoir besoin de quelque chose.
Par-contre, si vous êtes à Marseille, c'est l'inverse. A l'instant où vous vous rhabillez, les gars changent de position et se tournent vers vous, sans même faire mine de peaufiner leur bronzage, mais au contraire, très contents de pouvoir s'installer aux premières loges d'un spectacle qu'ils ne voudraient manquer pour rien au monde.

Donc, pour tromper l'ennemi, il faut ruser.
L'idée, c'est qu'il ne doit pas y avoir de moment de rhabillage. Il faut rendre inexistant ce passage obligé de la vie balnéaire.
Tout va se jouer dans la décontraction.
En effet, la fébrilité de vos mouvements, l'urgence qui transparaîtra de votre attitude quand vos sous-vêtements vous collant à la peau résisteront à vos efforts désespérés de les déployer là où il faut, seront autant de signaux clairs pour l'amateur de chair tapi sur son tapis de plage qui sera alors alerté, tel le caïman à l'affût dans son marécage soulevant une paupière au ras de l'eau.

Non, non. Vous êtes cool : vous êtes en train de vous habiller, mais en fait, vous pourriez, tout aussi bien, être en train de faire un pâté de sable. L'idéal, évidemment, serait d'avoir trois ou quatre bras de plus pour continuer à lire le roman de l'été tout en agrafant votre soutien-gorge...

Si, par mégarde, vous étiez découverte, vous aurez prévu la débauche de dentelle blanche sur peau hâlée qui donnera au moins à la satisfaction de votre voleur d'images, le goût amer de votre départ imminent.

A tester.




Commentaires

  1. Bravo et merci pour ce délicieux moment de lecture délicatement humoristique.
    Moment difficile à vivre sous ces regards impudents mais qui vous donne l'occasion d'une ironie subtile.
    J'en redemande.
    Jo Boyer

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…