Accéder au contenu principal

Le meilleur du Printemps de Septembre 2012



Les artistes ont abordé le thème « l’Histoire est à moi » de cette édition 2012 du Printemps de Septembre sous différents angles : la mémoire, le discours historique travaillé par la représentation et le rapport à l’Histoire de l’Art.
Pour ce dernier aspect, au Musée des Abattoirs, sont exposées de nombreuses photographies pastiches d’œuvres célèbres (Radeau de la Méduse, Cène, Liberté guidant le peuple, peinture renaissance, style pompier, etc,…).





African Spirits de Samuel Fosso

African Spirits
Au milieu de ces oeuvres au style « léché » et n’apportant pas grand’chose, émerge la série d’autoportraits de Samuel Fosso, dans laquelle il se met dans la peau de personnages d’Afrique, importants ou non, rendant un bel hommage à l’Homme Noir. La forte dimension intérieure de ses photographies n’est pas sans rappeler le travail de Cindy Sherman. Elles auraient méritées d’être mis plus en avant.







INV. AJ 001/100

Alain Josseau à la Galerie Sollertis (rue Régans)

Les 100 œuvres distordues d’Alain Josseau, INV. AJ 001/100, à la Galerie Sollertis sont elles aussi remarquables. Elles mettent à distance, tout en nous obligeant à un travail de mémoire pour puiser dans notre fond commun d’images le souvenir de ces œuvres que tout le monde a sur le bout de la langue.











3 minutes scénario : guerre
3 minutes scénario : guerre
 
Toujours à la Galerie Sollertis, il faut voir le pendant de l’oeuvre « Guerre Version 03 » d’Alain Josseau exposée au Musée des Abattoirs. 

Dans « 3 minutes scénario : guerre », la minutie filmographique du montage vidéo en direct est époustouflante et nous fait toucher du doigt les recherches de cet artiste sur la construction d’une représentation historique devenue factice. Sous nos yeux ébahis, de banales figurines en plastique se transforment en Images de Guerre.





Platon’s Mirror
Platon’s Mirror de Mischa Kuball

A l’Espace Croix Baragnon, une autre œuvre mérite qu’on s’y attarde. 
Mischa Kuball, un artiste allemand a fait une trouvaille géniale qui lui permet de réactualiser la notion de support et de représentation.
Il installe une toile « magique », une feuille d'argent, non parfaitement tendue, sur laquelle il projette une vidéo.
Si on y regarde de plus près, on s’aperçoit que cette toile est à la fois support de projection, miroir et filtre lumineux.
L’image vidéo devient une matière travaillée par le support dans un espace multidimensionnel. On voit 4 représentations différentes : l’image projetée sur le mur vierge (témoin), l’image projetée sur la toile et déformée par l’absence de tension, l’image assombrie filtrée à travers la toile et qui apparaît derrière elle, et enfin le signal lumineux diffracté par le relief du support et dont les effets cristallins envahissent la pièce.
S’ajoute à cela le spectateur, qui est inclus dans la représentation car il se reflète lui-même dans le support.

Avec cette œuvre, la Caverne de Platon part vraiment dans tous les sens.


Photo : Anne Dargenton
Jardin suspendu
Le Jardin suspendu de Mona Hatoum

A l’inverse des autres artistes, Mona Hatoum, d’origine libano-palestinienne, se projette dans le futur pour une Histoire qui reste à écrire.
Elle réussit une fois de plus cette combinaison sensible entre recherche plastique, discours et émotion (cf. article Light Sentence).
Dans cet espace en plein air adossé à l’église de la Dalbade (DRAC, rue de la Dalbade), elle a installé un mur de barricade, emblème des guerres d’usure du Proche-Orient.
Mais les sacs sont remplis de graines qui germent tout au long de la session du Printemps de Septembre, donnant naissance à un mur végétal.
Mona Hatoum met ainsi en scène la force de régénération et la capacité d’oubli. Et tout comme on a pu rêver des mythiques jardins suspendus de Babylone, elle rêve d’un avenir où la vie aurait repris ses droits.


 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…