Accéder au contenu principal

Isabel Miramontes : la part du vide


Isabel Miramontes
Baigneuse

Isabel Miramontes
est à l’honneur à la Sakah Galerie à Toulouse jusqu’au 26 janvier prochain.


Cette artiste espagnole qui vit et travaille en Belgique, crée des sculptures en bronze à la patine chaleureuse. Ses œuvres montrent des corps humains ébauchés, associés à des formes ou à des objets et d’autres, plus réalistes. Dans la plupart de ses œuvres, le vide s’invite.
Le corps, la posture, le mouvement et l’essence de la vie humaine sont au cœur du travail de Miramontes.


Sculpture sur vide
A travers des corps découpés en lanières, Isabel Miramontes explore le concept de sculpture. Au plein de la sculpture habituelle, elle oppose un vide apparent. Pour elle, la sculpture n’est pas un bloc de matière auquel on donne une forme, la sculpture est un vide auquel l’artiste donne une surface.


Le corps, presque là
Isabel Miramontes
Intimidad
Les découpes de ces personnages qui évoquent les bandelettes des momies, donnent l’image d’un corps réduit à son empreinte. Amené à disparaître, il ne restera du corps qu’un souvenir.
Ce rapport à la mémoire est très présent avec la Baigneuse en costume de bain "début du siècle". La forme tendre du corps de cette femme qui teste l’eau de son gros orteil semble prête à s’évanouir.

On éprouve le même sentiment qu’en face d’une photo ancienne : les protagonistes sont morts mais la vitalité des corps est terriblement présente. Ce sentiment fugace entre apparition et disparition est aussi présent dans l’œuvre Intimidad.


Isabel Miramontes
Rendez-vous
Le corps de passage devient parfois invisible.

La courbe d’une chaise longue, d'un banc, un visage et des pieds suggèrent la présence d’un corps possible comme un esprit qui aurait choisi d'habiter là.




 

La symbolique du vide
Isabel Miramontes
Corazon

La portée des personnages de Miramontes dont le visage n’est qu’ébauché est métaphorique et métaphysique.

Pour Isabel Miramontes, l’existence humaine, à la fois concrète et impalpable, est faite de chair et d’os et de cette part d'invisible essentielle que constituent nos émotions. Miramontes travaille avec justesse le geste, la posture de cette expérience du corps transcendée par l'esprit.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…