Accéder au contenu principal

Couleurs métal par Danielle PATURET


Récemment exposée à Toulouse à la Galerie des Carmes et à l’Espace d’art contemporain, Danielle Paturet a choisi depuis quelque temps de changer de support de peinture. Tout en restant fidèle aux couleurs vives, elle délaisse la toile en tissu pour des plaques de fer, matériau qui lui ouvre les portes d’un vaste champ conceptuel, pictural et symbolique.

De la toile blanche à la plaque noire

Les plaques de fer qu’utilise Danielle Paturet sont à l’état brut. Elles sont découpées dans différents formats puis posées au sol. L’artiste verse de l’eau à la surface et la rouille en altérant le métal, génère des formes, des discontinuités à l’intérieur desquelles va se loger la peinture. 
En passant de la toile blanche à la plaque noire, le statut du support est modifié : il ne délimite plus l’œuvre mais la détermine. A l’instar des artistes magdaléniens qui suivaient les formes de la roche pour peindre des animaux magiques, Danielle Paturet exploite les aspérités de la plaque de fer pour donner vie à ses personnages. Le support n’est plus un élément nécessaire et camouflé, il est montré. Le geste est double, entre peinture et sculpture ; on peut parler d’une sorte de bas-relief peint.


Entre fer et peinture

De ce travail polarisé, entre extérieur et intérieur, deux mondes plastiques vont entrer en conversation. D’un côté, les plaques de fer, matière brute et produit industriel, issues de la technologie, sont pourtant transformées par la Nature. Elles sont posées à terre, soumises aux éléments et les formes créées sont en partie le fruit du hasard.
Les plaques de fer rouillées renvoient à une esthétique contemporaine. Matière « chouchou » des architectes d’aujourd’hui qu’illustre, par exemple, le Musée Soulages, ou de sculpteurs comme Richard Serra. La couleur est quasi monochrome, dans des variations de noir 
mat qui produisent un effet de profondeur, de relief. 
De l’autre côté, nous avons de la peinture à l’huile, matière dédiée à l’Art et dont le processus de création est intellectuel et culturel. La facture est naïve, quasi enfantine, les couleurs sont vives, brillantes, savamment disposées en multiples a-plat.


Matrice du Monde

C’est au sein de ce cadre pictural que prennent place les histoires de Danielle Paturet apportant une emphase à son discours sur le monde.
Les plaques de fer représentent la Terre et le monde souterrain. Les formes dans le fer constituent une matrice, une gangue chthonienne pour des personnages ou des immeubles collés les uns aux autres. L
e monde naturel d’un côté, les constructions humaines, de l’autre. L’inconnu, l’essence du monde, opposé au monde des apparences.
Ces œuvres sont à l’image de la situation actuelle. Elles semblent résumer la condition humaine : des mégalopoles inextricables, des hommes entassés, vaguement inquiets quant à la pérennité de leur mode de vie et de pensée. Une humanité coupée de son environnement ne réalisant pas que la Terre n’est pas que la toile de fond de ses illusions, mais qu’elle la contient, telle une main gigantesque empreinte de mystère et d’incertitude. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…