Accéder au contenu principal

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017


Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu à Toulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.

ABSTRACTION


Marie MIRAMONT

A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 

Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 



TABLEAUX-MATIÈRE
 
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qu
i renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans certaines tribus nord-américaines, on gardait précieusement les os d’un animal tué pour les enterrer afin que l’animal puisse se revivre.






Yann MASSEYEFF
Ses tableaux sont des déclinaisons d'objets en grès énigmatiques comme les glyphes d'une écriture disparue ou des pierres magiques. Chaque signe arrondi semble mû par son propre mouvement intérieur.


Anne-Marie MARY
Il y a des oeuvres qui intriguent.
Celle-ci parle de mémoire, de témoignage. On encadre un morceau de papier qu'on aurait pu sauver de l'inondation ou d'un incendie ou encore des affres du temps. Cette page blanche jaunie aurait pu être une lettre qui disait tout ce qu'il fallait savoir, elle pourrait être le reste cher d'une époque révolue.
 












PAYSAGES

Laurent BOURO
Une découverte très attachante de ce salon. Un travail d'épure du paysage posé entre le noir et blanc dans des tableaux carrés. Une peinture à l'huile sur bois à laquelle craquelures et vernis confèrent une facture ancienne. Pour aboutir à un paysage symbolique, intérieur, image de ce qui naît entre l'ombre et la lumière



 

Laurent QUINKAL
Ses photographies de forêts
abstraites issues d'une technique élaborée uniquement à la prise de vue sans retouche ou montage nous emmènent dans un monde parallèle.



















PORTRAITS et CORPS

Carmen SELMA

On est captivé
par ses visages fauves à la matière épaisse. Des regards exorbités pour faire ressortir l’émotion et la profondeur des êtres par lesquels l'artiste cherche à nous montrer ce qui anime les gens derrière les portraits de famille.











THOM’ART
Des corps évanescents semblent surgir de la blancheur de la toile comme une apparition pour se mettre en marche. 












SCULPTURES


Philippe GAUBERTI

Des formes aux couleurs chatoyantes qui se tordent de sensualité comme pour s'extirper de leur origine industrielle.













Cristina AYUSO

L'artiste utilise notamment le cuir pour construire ses têtes intrigantes sorties d'un univers de contes de fées.
Corinne CHAUVET
L'artiste était de retour au salon avec ses bonzes souriants et solaires.



Commentaires

  1. Bonjour, merci de me placer dans vos coups de cœur sur ce salon Art3F. J'aimerais juste préciser que mes photos ne sont pas retravaillées mais sont issues d'une technique élaborée uniquement à la prise sans retouche ou montage par la suite. Belle suite à vous et à votre blog. Coeurdialement Laurent Quinkal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre commentaire, je corrige tout de suite.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…