Accéder au contenu principal

Mariage


HortensiasDans un petit salon bourgeois, aux fauteuils en velours bordeaux, Anaïs se prépare.
Elle a enfilé sa robe de mariée et elle essaye de placer une encombrante coiffe de tulle sur sa tête. Le salon est rempli d’accessoires, de fleurs, de parures. Anaïs est heureuse, sûre de ses charmes et de son pouvoir de séduction.

«Anaïs ?» C’est Frédéric, son fiancé.
Il rompt avec la tradition : il vient la voir avant la cérémonie. Il n’est pas prêt; il n’est même pas habillé.
Anaïs le sermonne mais il reste et s’assoie nonchalamment dans un fauteuil. Anaïs est décontenancée: la magie des préparatifs s’évanouit soudain.
Frédéric parcourt le salon des yeux puis regarde Anaïs :
- «C’est joli...c’est marrant..., dit-il.
- Tu me trouves ridicule ?
- Non. »

«Anaïs, où es-tu !? Je t’ai apportée ton bouquet !»
Belle-maman-tailleur-mauve arrive. Elle est choquée de trouver son futur gendre avec sa fille.
Elle inonde Anaïs de recommandations, elle jète un regard découragé à Frédéric et s’en va.

Anaïs est triste, elle s’assoie :
- «Pauvre maman, elle fait beaucoup d’efforts pour toi,...si elle savait...»
« Si elle savait quoi ?» pense Frédéric, «si elle savait que je ne sais pas moi-même si c’est Anaïs que j’épouse ou son fric ?! Si elle savait qui j’ai été, comment on s’est rencontré ? »
Il repense à cette période. Il vivait de petites magouilles, passait ses nuits dans les bars ou les boites de nuit. Il l’avait rencontrée au Saint-Clair.
«Pas très nette non plus la jeune fille de bonne famille qui se bourrait la gueule pour se prouver qu’elle menait une vie palpitante.»
Ils s’étaient plu.

Pluie de confettis.
Anaïs et Frédéric sortent de l’église.

1993.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…

Angelo Bellini a Toulouse

Peinture
A découvrir du 23 septembre au 23 octobre 2010 à la Galerie Alain Daudet, les paysages époustouflants du peintre italien Angelo Bellini.