Accéder au contenu principal

Fièrement Halal





Peut-être avez-vous vu cette publicité affichée pendant le Ramadan cette année. Misant sur le second degré en mettant en scène des animaux, cette publicité n’est pourtant pas anodine. En vantant le Halal, elle se fait le relais complaisant du repli identitaire d’une partie de la communauté musulmane.

Ces animaux personnifiés déclarent ce « Fièrement Halal » comme des gens pourraient dire « Fier d’être musulman » puisque le Halal est musulman Pourquoi cette publicité table-t-elle sur le terme de « fierté » pour attirer les acheteurs potentiels ?
La question de l’identité musulmane est le concept choisi par la pub, comme cri de ralliement du public cible : la communauté musulmane. 
La pub dit : « Ce produit, il est comme vous, les musulmans, il est fier d’être musulman." Et implicitement :"Vous avez besoin de vous sentir fier d’être musulman. »

Peut-on avancer des causes du repli identitaire musulman ?
Il s’agit d’exister quand on vous méprise. Non ou mal représentée, n’ayant pas trouvé une place à part entière dans la société française, subissant le déclin économique, mise à l’écart dans les quartiers et des écoles ghettos, cette communauté d'origine maghrébine ou africaine s’est repliée autour de ses valeurs d’origine (d’avant la colonisation) où la religion occupait une place importante. Elle trouve là un moyen d’exister et de créer un lien communautaire fort. Malheureusement, ce besoin d’identité est en partie récupéré par des extrémistes religieux qui manipulent l’Islam pour étendre leur influence politique.

En se déclarant pro-musulmane, l’industrie agroalimentaire se donne une bonne image, tel un acteur de lutte contre les discriminations. Mais elle se positionne surtout sur un marché juteux. Les études de marché ont montré qu’il y avait de l’argent à rafler. Le marché du Hallal représenterait +15% de croissance par an, soit deux fois plus que la croissance du BIO. Des Quick « Halal » ont même vu le jour.
Il faut bien reconnaître que le commerce a cette vertu qu’il peut faire exister dans le paysage culturel français une communauté importante dominée par l’image des descendants de gaulois et qui ne sort de l’ombre uniquement à l’occasion du ramadan. Mais, en même temps, elle se fait le relais d’un populisme islamiste dont un des objectifs est d’engager un bras de fer avec les principes républicains français et notamment celui de la laïcité. 
En effet, bien que le Halal ne soit pas une donnée du Coran, la principale interdiction étant la consommation de porc, de plus en plus de musulmans exigent de manger Halal en France au sein des services publics : à l’école, à l’armée, dans les hôpitaux. Ce qui pose un vrai casse-tête, car la viande Halal ne peut être mise à la disposition sans enfreindre le principe de laïcité pour les autres usagers. Le danger, pour les pouvoirs publics, est que le Hallal devienne une norme irréductible de la religion musulmane.

De ce fait, cette publicité n’hésite pas, dans un but commercial, à s’inscrire dans un contexte de tensions au sein de la République.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…

Angelo Bellini a Toulouse

Peinture
A découvrir du 23 septembre au 23 octobre 2010 à la Galerie Alain Daudet, les paysages époustouflants du peintre italien Angelo Bellini.