Accéder au contenu principal

Garlaban


Je démarre la balade sous un ciel couvert à travers les maisons et les restanques plantées d’oliviers.
Je rejoins ensuite le vallon calcaire par un sentier qui sillonne à travers les chênes kermesse.
J’arrive au chemin horizontal qui mène au Garlaban. Le sommet est masqué par la brume mais en bas, on a la vue sur la vallée, Aubagne, et dans les lointains bleutés, Carpiagne, Marseille.

Une pluie éparse commence à tomber doucement, je m’équipe. « Je ne passerai peut-être pas à travers les gouttes cette fois-ci. » La météo n’était pas très encourageante.

J’avance. Le tonnerre gronde par moment. « Est-ce que je pourrais être une cible potentielle ? » Mais l’orage semble loin. Plus j’avance et plus la brume s’épaissit. Le paysage semble escamoté. Je suis bien incapable de dire maintenant où se trouve le Garlaban. 
La pluie redouble de vigueur. Après un moment, c’est la bifurcation : à gauche, le chemin du retour vers la vallée, et en face, la montée vers le sommet. « Que faire ? » De toute façon, je suis déjà trempée et ça ne va pas s’arranger : autant essayer d’atteindre le sommet. Je pourrai toujours faire demi-tour en cas de difficulté.

L’ascension commence sous une pluie battante. Le sentier est gorgé d’eau. A un endroit, il faut mettre les mains, c’est glissant. Je ne suis pas très à l’aise. Je ne vois rien et je sais qu’il y a une falaise quelque part. « Bon, il suffit de toujours bien suivre le chemin. »

De temps à autre, le tonnerre retentit et des éclairs illuminent la brume. « Il faudrait peut-être que j’avance penchée en avant ou en rampant ! »
 
Ça y est : mes pieds sont mouillés, mon pantalon me colle à la peau et l’eau ruisselle continuellement sur mes mains. J’atteins un replat dans une petite pinède, certainement très appréciée par beau temps... Le sommet n’est plus très loin. Je suis le marquage qui contourne les arbres. Je m’arrête un instant devant la stèle érigée en mémoire du curé d'Ars : « Je te montrerai le chemin du ciel... ».

J’attaque les derniers deux cents mètres vers le sommet. La roche est luisante comme un visage baigné de larmes. L’eau rigole à toute vitesse vers le bas. Plusieurs passages sont possibles, je m’efforce de garder en tête celui que j’ai pris car je n’ai aucune envie d’errer à la descente en bord de falaise.
Maintenant, il n’y a plus de véritable chemin, je ne vois pas à dix mètres et le tonnerre gronde encore. Je ne peux pas savoir si je suis arrivée. Je suis prête à descendre pour ne pas me prendre la foudre.
Mais, dans le brouillard, se dresse la croix du Garlaban comme un grand fantôme bienveillant qui indiquerait le chemin. « J’y suis ! » Je rejoins la croix massive solidement ancrée dans son bloc de béton en bord de la falaise.

Je m’arrête le temps de goutter la pluie, forcément meilleure à cet endroit et pour remarquer que mon pantalon détrempé est  pourtant brûlant. Je redescends heureuse à travers les sentiers transformés en torrents.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…