Accéder au contenu principal

Petits conseils carnassiers pour réussir (enfin) un concours




Vous êtes inscrit à un concours. Comme d’habitude, vous n’avez pas assez travaillé… Mais bon, qu’à cela ne tienne. Ne jouez pas la préparation, jouez la communication. Au remplissage de cerveau, préférez la guerre psychologique.

Quand on passe un concours, chaque détail compte et peut faire la différence. C’est le petit ¼ de point qui fera que c’est VOUS qui serez sélectionné à l’oral. Et moins il y a de candidats valables, plus vous avez vos chances... Donc, tous les coups sont permis, c’est chacun pour soi.
Pour faire le vide autour de vous dans ce match impitoyable pour un poste à vie, vous allez intimider vos concurrents tel un All black en plein HAKA !

Premier point important : venez habillé. Oubliez le jogging-tennis, genre : « Vaut mieux être à l’aise. » Non. Venez sapé. Comme si juste après, vous alliez passer l’oral : vous avez le profil du poste, même la face. Ca mettra vos adversaires mal à l’aise.

Avant d’entrer dans la salle, jouez la convivialité avec deux, trois personnes. Vous engagez la conversation, vous vous faites empathique. Lorsqu’elles auront fini d’épuiser les poncifs habituels sur les difficultés d’accès, leur nuit difficile, le nombre réduit de postes à pouvoir, blablabla,… attirez leur attention sur un point obscur de la préparation au concours avec force vocabulaire technique. Vous jetterez le trouble dans leur esprit en leur laissant croire que vous êtes mieux préparé.

Au moment de prendre place à une table, ne vous mettez jamais derrière ! Vous déprimeriez face au nombre de concurrents à éliminer ! Non, c’est vous qui allez devant afin de nuire, dos tourné, à la concentration d’un maximum de candidats.

Commencez par déployer pléthore de matériel autorisé : stylo, stabilo, feutres de toutes les couleurs, règle immense, gomme, crayon de papier, ciseaux, colle, scotch, réveil... Vous avez tout prévu. Vous avez même paré au risque hypoglycémique du petit creux des 2 heures d’épreuve, avec le paquet de gâteaux qui fait beaucoup de bruit quand on le déballe. Les autres vous identifieront vite comme une « BETE A CONCOURS » Difficile
de rester zen pour celui qui aura oublié quelque chose.

Petit plus, dès le début de l’épreuve, vous demandez tout de suite du papier supplémentaire. Et oui, vous n’êtes jamais en panne d’inspiration.

En cours de l’épreuve, vous continuez à être présent. Vous vous étalez ; vous explorez les pages du sujet avec frénésie. Par moments même, le matériel vole, dans cette course folle pour la rédaction dans les temps impartis dont vous avez un sens aigu.

Grâce à ces petits moments de stress, vous aurez créé de véritables failles
chez vos concurrents, propres à leur faire oublier le temps qui passe, à émousser leur confiance en eux, à les faire passer à côté d’une faute d’orthographe et quitter ainsi définitivement la tête du peloton...

Dernier point essentiel en fin d’épreuve, vous veillerez à repérer tous les candidats qui n’ont pas posé le stylo au « Top de fin d’épreuve ». En les pointant d’un doigt rageur, vous les dénoncerez haut et fort aux surveillants.

Que le meilleur gagne !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…

Angelo Bellini a Toulouse

Peinture
A découvrir du 23 septembre au 23 octobre 2010 à la Galerie Alain Daudet, les paysages époustouflants du peintre italien Angelo Bellini.