Accéder au contenu principal

Dominique RAYOU : le fruit de mon imagination





Au-delà du registre métaphorique du fruit défendu, des formes féminines à croquer, les sculptures de Dominique RAYOU nous parlent de maturation, de transformation.


Partant de l’analogie entre les contours d’un fruit et la silhouette d’un corps, Dominique Rayou se concentre sur l’émergence de la forme humaine sous une surface donnée. Dans des œuvres antérieures, le corps rencontrait une surface élastique, ici, la rencontre a lieu sous la peau du fruit ou dans la morsure de sa chair. L’artiste veut saisir cet instant où un corps semble jaillir de la matière dans un double travail formel.


Under The Skin
Under The Skin

Dans cet entre-deux mi-corps, mi-fruit, l’artiste instaure un dialogue entre les formes, les surfaces, les textures. C’est le jeu entre le fini réaliste, le lisse sensuel de la sculpture peaufinée, et l’ébauche, l’aspect brut de l’œuvre en devenir, qu’évoquent les coups de dents donnés dans le fruit que l’on croque.

De ces deux matières du vivant, Dominique Rayou écrit des histoires entre inanimé et animé, entre unicité d’un côté et « part pour le tout » de l’autre. Dans PEAU de CHAGRIN, tandis que la forme du corps prend vie sous nos yeux, celle de la poire est en train de disparaître. L’artiste travaille deux sortes de vides : le vide réaliste laissé par la poire entière devenue trognon et le vide imaginaire de ce morceau de corps qui ne peut pas être là.



Synergie
Synergie
C'est dans cette oscillation entre réalisme de la nature morte et part d’imaginaire des corps évanescents que réside la poésie des œuvres de Dominique Rayou.

A la SAKAH GALERIE, du 11 octobre au 22 novembre 2014.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…

Angelo Bellini a Toulouse

Peinture
A découvrir du 23 septembre au 23 octobre 2010 à la Galerie Alain Daudet, les paysages époustouflants du peintre italien Angelo Bellini.