Accéder au contenu principal

Marijke van Warmedam au 20 ans du MAC à Marseille



« - …Attendez, je vais allumer le projecteur, me dit la gardienne du musée.

Les images du film 16 mn commencent à défiler. On voit une baignoire au milieu d’une pièce vide arrosée par la pluie.
- C’est tout le temps comme ça !… » commente-t-elle, désabusée.

L’absence d’acteurs, le décor unique, donnent cette impression trompeuse d’immobilité. Trompeuse, car, quand on y prête attention, ce film-installation de Marijke van Warmedam présenté pour les 20 ans du Musée d’Art Contemporain de Marseille est subtil et intense.

Weather Forecast, le bulletin météo entre écho et contrepied
Avec cette oeuvre, l’artiste réinterprète le bulletin météorologique télévisé et nous livre sa propre version plastique et poétique.

L’angle de prise de vue unique, de face, le format 16 mm (en réalité 35 mm converti en 16mm) renvoient au cadre du show télévisé quotidien. Mais tandis qu’à la télé, les états du ciel, les changements de temps sont symbolisés par des icônes placées sur une carte, Marijke van Warmedam va mettre en scène de véritables événements climatiques se déchaînant dans un espace symbolisant la Terre et les océans.

A la télévision, un présentateur-conteur donne vie à la prédiction par sa logorrhée et sa gestuelle emphatiques. Ici, il n’y a personne, seuls les éléments : la pluie, la tempête, le brouillard, le soleil…, héros qu’on attend, ennemis qui menacent, ils sont les véritables personnages du film.

Au flot de paroles du présentateur, Marijke van Warmedam oppose une bande son muette. Tout le lyrisme du show quotidien passe par une mise en scène filmique.
L’artiste utilise, tout d’abord, l’artifice du clap, artifice, car le film n’est pas un plan-séquence mais un montage. Cet accessoire montre que le show météo est un grand spectacle au même titre que le cinéma, construit pour rassembler les foules. Ensuite, bien que l’angle de prise de vue soit constant, les mouvements de caméra sont présents. Travelling avant, mouvement surplombant en Dolly soulignent avec emphase la surface perturbée de l’eau, le parquet humide, la densité du brouillard. Le montage d’un événement climatique à un autre est imperceptible donnant l'impression d’un mouvement perpétuel renforcé par le passage du film en boucle.
Le présentateur-devin laisse ainsi place à une Marijke van Warmedam-chef d’orchestre jouant avec l’eau comme elle l'a fait par le passé dans le film Wake-up.

Art plastique hollandais
Dans Weather Forecast, on retrouve les qualités plastiques et l’univers épuré et coloré de Marijke van Warmedam (Galerie Van Gelder).
La baignoire, objet blanc, brillant, arrondi est posée au milieu d’une pièce carrée aux murs rougeâtres, sur un parquet marron foncé. Les lignes horizontales de la pièce et de la baignoire répondent aux lignes obliques du parquet. Les couleurs chaudes contrastent avec le froid qu’évoquent l’humidité, la glace.
La pièce est éclairée par une lumière du jour de côté surplombante, à la Vermeer, et elle est parcourue à un moment par un carré de lumière, projection des bords d’une fenêtre hors champ. La discussion entre l’ici et l’ailleurs est bien le propos du bulletin météo comme des œuvres du grand peintre hollandais.

Explorateur du temps
Le format 16mn, le grain, le plan flou du clap et l’absence de bande-son donnent au film l’aspect d’un documentaire. Comme si, au-delà de la comparaison avec le bulletin météo, l’artiste souhaitait donner l’impression d’un reportage amateur, réalisé par un explorateur parti à la rencontre de tous ces morceaux de temps. Collectionneur, il aurait capturé tous les états de l’eau : pluie, brouillard, orage, glace, eau bouillonnante et vapeur d’eau. Mais aussi les éclairs, le vent, la course du soleil. Témoin de tous les climats, dans tous les endroits du monde : des glaces antarctiques aux geysers islandais, des brumes anglaises aux pluies tropicales…

Ode à l’eau
Marijke van Warmedam met en scène le mouvement perpétuel de la Terre et de son climat. Elle nous montre un monde soumis à la force des éléments. On pense au Déluge et au réchauffement climatique avec cet énorme grêlon parachuté dans la baignoire, sorte d’iceberg détaché d’une banquise en déliquescence. Et pour nous qui guettons fébrilement à la météo ces changements de temps qui conditionnent notre quotidien, l’eau apparaît dans cette oeuvre comme une matière vivante force de régénérescence essentielle.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…