Accéder au contenu principal

Kate Cooper, disappear completely



Présentée dans le cadre de l’exposition Suspended Animation, au Musée des Abattoirs du 24 juin au 26 novembre 2017, l’installation Rigged de Kate Cooper, artiste britannique, fascine par son esthétique épurée oscillant entre séduction et malaise.

Elle emprunte à l’univers de la publicité : les images sont lisses et brillantes aux couleurs pastel. Elle recrée l’environnement des boutiques des centres commerciaux en placardant des papiers peints sur d'imposants caissons lumineux. Elle signe des vidéos numériques projetées sur grand écran.

Le sujet est une femme qui n’en n’est pas une puisqu’elle est une création numérique, un objet de synthèse autonome qui se passe du corps réel. L’artiste pousse ici à l’extrême la logique de la retouche numérique. 
Puisque c’est grâce à la retouche que l’on produit actuellement des images parfaites et vendeuses, pourquoi ne pas fabriquer une image entièrement trafiquée (a rigged image) ? 

La disparition du corps réel est déjà à l'oeuvre dans l'imagerie marketing. Le corps n'échappe pas à la standardisation par la retouche. 
D'ailleurs, il est intéressant de rechercher dans les images ultra-léchées de la publicité ce qui fait du modèle un être humain unique. Un petit détail physique : la courbe imparfaite d’une oreille, un grain de beauté, la forme particulière d'un doigt, échappent parfois à la retouche et relèvent ce qui reste de l'individu.

L’esthétique marketing ultime
serait la création ex-nihilo d’une femme parfaitement jeune, lisse et belle grâce à l'hyperréalisme offert désormais par les images de synthèse. L'avatar pourrait prendre le pouvoir dans l'espace publicitaire dans une version idéalisée sans accrocs du corps humain.


Vanité

Mais au milieu de cette perfection marketing, l’artiste insère des images de la femme bouche ouverte, les lèvres maintenues écartées par un instrument de dentiste révèlant une mâchoire bardée d’un appareil dentaire.
Cette bouche réaliste dont on voit la chair rose rappelle les écorchés. C’est la Vanité qui fait irruption dans la construction marketing. Dans ce monde où seule la surface est investie de sens, montrer l’intérieur du corps fait de chair et de sang est transgressif. A l’image sublimée du corps qu'on voudrait immortel, Kate Cooper oppose sa réalité physique et finie. A ce corps-enveloppe, vecteur de messages et d’images du bonheur pour la société capitaliste, elle oppose l’envers du décor de la fabrication du sourire commercial.


"Disappear completely"
Dans le film projeté dans la salle suivante, la femme numérique se lamente. Dans un discours mêlé de concepts publicitaires et d'interrogations sur sa propre existence virtuelle, elle est en quête d'un supplément d'âme impossible.

Avec cette œuvre Rigged, Kate Cooper interroge ce monde parallèle des images générées par ordinateur qui occuperont de plus en plus nos représentations.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Petit marché au Salon de l'Art contemporain 2017

Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l'Art contemporain qui s'est tenu àToulouse du 24 au 26 février 2017. J'avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J'ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
ABSTRACTION

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l'artiste trace ses formes d'un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l'énergie. 











Art by ENITRAM Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Guillaume ALLEMAND
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l'âge de l'Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d'accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans ce…

Angelo Bellini a Toulouse

Peinture
A découvrir du 23 septembre au 23 octobre 2010 à la Galerie Alain Daudet, les paysages époustouflants du peintre italien Angelo Bellini.