Accéder au contenu principal

Gregoire Alexandre : l'image réinventée

Le photographe Grégoire Alexandre, lauréat du Prix HSBC 2009 , était exposé du 27 novembre 2009 au 28 février 2010 au MAC à Marseille, l'occasion de découvrir un artiste talentueux.

Le sublime époustouflant
Cavalera
Grégoire Alexandre est familier du monde de la mode et de la publicité (campagnes pour Nike et Christian Lacroix). Il a développé au cours de sa carrière un sens précis de la structure, des lignes, des volumes, de la couleur, de la matière qu'il structure via des associations d’idées ludiques et poétiques qui rappellent parfois le travail d’un Jean-Christophe Averty à la télévision.

Vin
Sa créativité est impressionnante, ses trouvailles sont audacieuses, souvent autour de quelques éléments photographiques, une démarche qui le rapproche de l’américaine Annie Leibovitz. Spécialiste du travail en studio, il se confronte aussi aux extérieurs et aux artefacts de la nature. Parmi les photos de Grégoire Alexandre exposées à Marseille, les photos de mode "détournées" étaient particulièrement intéressantes parce qu’elles montraient le travail de déconstruction de l’image de cet artiste.  

La fabrique de l'image
Une image, c’est un sujet, un décor et des moyens de production. Chacun étant distribué dans le champ ou hors-champ, entre visible et invisible.
Dans le champ, on a le sujet, le décor. En matière de mode, le sujet, c’est la fringue, la paire de chaussures, le bijou, avec son support, le mannequin.
Le résultat final doit produire l’illusion d'une beauté sublime.
Hors champ, c’est l’envers du décor, les coulisses, les ficelles, les subterfuges : tout le dispositif de fabrication qui ne doit pas apparaître sur la photo (sauf pour jouer parfois le rôle de décor dans le décor) afin de ne pas dévoiler le caractère non-naturel de cette beauté superlative.

Décors, artifices, moyens de production ont vocation à s’effacer devant le sujet. Ils ne sont que des faire-valoir, les supporting characters du sujet qui est chargé de capturer le regard du spectateur et qui est donc placé au sommet de la hiérarchie des éléments de l’image, tel un acrobate perché sur d’autres acrobates.


Changement de régime photographique
1_2_3
C’est toute cette hiérarchie fonctionnelle de l’image que Grégoire Alexandre met sans dessus dessous. Face à ses photos, on assiste à un changement de régime photographique : tout ce qui est basé habituellement à la périphérie de l'image devient potentiellement son centre, tous les éléments de l'image étant mis au même niveau. Non seulement le voile est levé sur la construction photographique mais encore il happe le sujet, prend sa place en l’évacuant parfois .

1_2_3 Tonja Zeller
Par analogie, on peut comparer ce bouleversement des éléments de l’image aux travaux d'écriture d’un Appollinaire ou des Surréalistes où les mots étaient détournés de leur fonction de véhicule de sens pour en exploiter les possibilités graphiques.

ELLE UK
Ainsi, les moyens de production photographique (pieds, supports, fonds colorés) sont apparents. L’éclairage et son support alambiqué sont montrés et volent la vedette à la paire de chaussures reléguée dans un coin de l’image. Le parapluie d’éclairage devient un chapeau haute-couture. Le projecteur se transforme en robe. Le décor tombé sur le mannequin, le coiffe tel un chapeau extravagant.

Hommage au cubisme et au constructivisme
FIAMH Hyères
L’impression esthétique se passe finalement de l’objet de mode. On peut y voir la preuve de son inutilité ou un goût de l'artiste pour la déconstruction et la simplification à l’instar des cubistes, des constructivistes ou des futuristes, décomposant et réduisant l’image à l’essentiel : les lignes, les formes, la structure, la lumière. On reconnait l'influence de Malévitch ou de Fernand Léger.

Ce bouleversement fonctionnel de l'image fait cohabiter l’utilitaire et le « must have », le brut et le sophistiqué, le rugueux et le soyeux, le dispositif temporaire et la beauté intemporelle, placés au même niveau de potentialité esthétique.
City
Dans le domaine du bâtiment, certaines parties en béton sont coulées à l’aide des pièces en bois brut, ces objets utilitaires bruts éphémères dont il ne restera qu'une trace dans l’œuvre architecturale sont appelés des mannequins.

C'est par cette approche analytique et graphique de l'image, véritable marque de fabrique, que Grégoire Alexandre se taille un boulevard créatif.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…