Accéder au contenu principal

Fièrement Halal





Peut-être avez-vous vu cette publicité affichée pendant le Ramadan cette année. Misant sur le second degré en mettant en scène des animaux, cette publicité n’est pourtant pas anodine. En vantant le Halal, elle se fait le relais complaisant du repli identitaire d’une partie de la communauté musulmane.

Ces animaux personnifiés déclarent ce « Fièrement Halal » comme des gens pourraient dire « Fier d’être musulman » puisque le Halal est musulman Pourquoi cette publicité table-t-elle sur le terme de « fierté » pour attirer les acheteurs potentiels ?
La question de l’identité musulmane est le concept choisi par la pub, comme cri de ralliement du public cible : la communauté musulmane. 
La pub dit : « Ce produit, il est comme vous, les musulmans, il est fier d’être musulman." Et implicitement :"Vous avez besoin de vous sentir fier d’être musulman. »

Peut-on avancer des causes du repli identitaire musulman ?
Il s’agit d’exister quand on vous méprise. Non ou mal représentée, n’ayant pas trouvé une place à part entière dans la société française, subissant le déclin économique, mise à l’écart dans les quartiers et des écoles ghettos, cette communauté d'origine maghrébine ou africaine s’est repliée autour de ses valeurs d’origine (d’avant la colonisation) où la religion occupait une place importante. Elle trouve là un moyen d’exister et de créer un lien communautaire fort. Malheureusement, ce besoin d’identité est en partie récupéré par des extrémistes religieux qui manipulent l’Islam pour étendre leur influence politique.

En se déclarant pro-musulmane, l’industrie agroalimentaire se donne une bonne image, tel un acteur de lutte contre les discriminations. Mais elle se positionne surtout sur un marché juteux. Les études de marché ont montré qu’il y avait de l’argent à rafler. Le marché du Hallal représenterait +15% de croissance par an, soit deux fois plus que la croissance du BIO. Des Quick « Halal » ont même vu le jour.
Il faut bien reconnaître que le commerce a cette vertu qu’il peut faire exister dans le paysage culturel français une communauté importante dominée par l’image des descendants de gaulois et qui ne sort de l’ombre uniquement à l’occasion du ramadan. Mais, en même temps, elle se fait le relais d’un populisme islamiste dont un des objectifs est d’engager un bras de fer avec les principes républicains français et notamment celui de la laïcité. 
En effet, bien que le Halal ne soit pas une donnée du Coran, la principale interdiction étant la consommation de porc, de plus en plus de musulmans exigent de manger Halal en France au sein des services publics : à l’école, à l’armée, dans les hôpitaux. Ce qui pose un vrai casse-tête, car la viande Halal ne peut être mise à la disposition sans enfreindre le principe de laïcité pour les autres usagers. Le danger, pour les pouvoirs publics, est que le Hallal devienne une norme irréductible de la religion musulmane.

De ce fait, cette publicité n’hésite pas, dans un but commercial, à s’inscrire dans un contexte de tensions au sein de la République.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les monochromes de Fred Manenc

Peintre permanent de la Galerie Alain Daudet à Toulouse et exposé du 6 au 15 septembre derniers, Fred Manenc s’inscrit dans le travail précurseur de Pierre Soulages et de ses monochromes noirs, tout en élargissant la réflexion sur d’autres couleurs : blanc, bleu, orange ou or.
La couleur occupe tout l’espace de la toile et la matière peinte est épaisse, tirée avec un large pinceau ou raclée.

Une œuvre réduite à sa plus simple expression
Ce qui est remarquable dans ces peintures c’est que tout est lié au matériau de l’œuvre. On peut parler d’« œuvre-matière ».
La peinture, l’instrument et même le support sont les uniques vecteurs de représentation. L’empreinte du pinceau ou du racloir trace des lignes horizontales ou obliques. Le support délimite des formes. L’épaisseur de la peinture détermine des reliefs.


Reflets de lumière dans un miroir de peinture à l'huile
L’autre particularité de ces peintures c’est que la lumière n’y est pas figée, fixée une fois pour toutes sur la toile. Elle …

Exposition 'Son paysage' : Intérieur-Extérieur

L’exposition « Son paysage » à la Médiathèque de Fonsorbes en janvier et février dernier rassemblait une dizaine d’estampes et de photographies provenant de la collection du Musée des Abattoirs. C’était l’occasion de découvrir des pièces méconnues autour d’une réflexion féconde sur le paysage.

Le paysage est donné pour tous et pourtant, personne ne voit la même chose et n’y trouve la même chose. L’image-paysage traduit ce regard personnel, intime sur le monde. D’où l’emploi du possessif dans le titre de l’exposition.

Paysage naturel, construit ou mis en scène, paysage réaliste ou ébauché, paysage abstrait, imaginaire voire mental, les œuvres présentent une grande variété mais aussi, une grande homogénéité. Car, pour ces artistes du XXe siècle, l’enjeu n’est pas la reproduction du réel mais la correspondance intérieur/extérieur, visible/invisible.

Jean ATLAN, peintre (1913 – 1960) écrivait en 1945 dans le Numéro 2 de Continuity : « On s’apercevra peu à peu que la tâche essentielle…

Art vu à Toulouse

A l’Espace Croix Baragnon, en mars, on pouvait voir l’exposition FEMINITES (dans le cadre du festival Made In Asia) et en particulier les dessins au crayon deMirka Lugosi et Virginie Loze. La finesse et la douceur des dégradés pour évoquer l’intime chez l'une tandis que l'autre plante en quelques traits l’angoisse de la violence faite aux femmes. Chacune à sa façon nous promène au coeur de nos questionnements féminins.








A la Galerie Alain Daudet, plusieurs peintres attirent l’attention :
KERDALO, dans ses paysages de rue, saisit quelque chose de l’instantané urbain sublimé par des lumières rasantes irréelles.

Jean-Marc AMIGUESpassionné de flous et de distorsions optiques les retranscrit dans des dégradés subtils qui s'évanouissent quand on s’approche de la toile. Semblant travailler sa peinture au numérique, il interroge la communication entre les arts. Ses rues floutées de Barcelone traduisent bien, la célérité, le mouvement dans l’espace urbain.























Et puis, il y a les por…