Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2010

4 jeunes photographes russes à la Galerie du Château d’Eau

Exposition « Des espoirs indicibles »
Plus que quelques jours, jusqu’au 5 décembre, pour découvrir les quatre talentueux photographes russes présentés à la Galerie du Château d’Eau dans le cadre de l’année France – Russie :

Ivan Mikhaylov
Tim Parchikov
Alexander Gronsky
Natasha Pavloskaya




Interdiction du port du voile intégral : la deuxième religion de France épinglée

Le 13 juillet dernier, le parlement s’est prononcé, à une écrasante majorité, contre le port du voile intégral. Examiné par le Sénat début septembre, le texte a été définitivement adopté.

Le premier article de la loi interdit de dissimuler son visage dans l’espace publique et le deuxième crée un nouveau délit en punissant d’une forte amende toute personne qui imposerait à une femme mineure ou majeure le port du Niqab (articles de France Info).

On peut se demander si cette loi n’est pas une loi anti-musulmane à visée purement électorale, où l’esprit de la laïcité est bien mis à mal. On peut s’inquiéter des effets pernicieux qu’elle aura sur la société française en exacerbant les tensions inter-ethniques.

Une loi « tendance »
La loi contre le voile intégral surfe sur la vague du discours sécuritaire anti-islamiste.
La lutte contre l’ennemi intégriste musulman, c’est dans l’air du temps, on est toujours du « bon côté » quand on fait quelque chose contre des terroristes potentiels. L’exercice …

Déshabillez-moi

Après Arielle Dombasle, Clotilde Courau fait son show au Crazy Horse. C’est marrant ces quadras (plutôt quinquas dans le cas d’Arielle Dombasle) qui s’effeuillent...

Il n’y a pas si longtemps, être obligée de se déshabiller pour gagner sa vie n’était pas très glorieux. Le Crazy Horse était le royaume des splendides inconnues. Maintenant, ce sont celles qui ont un nom qui s’y précipitent.

C’est un must. Sous couvert de show artistique et coquetterie oblige, ça permet à ces femmes du monde d’être estampillées « Quadra Bonne ».

Et pas par n’importe quelle institution : par le Temple incontesté de la "femme parfaite", sélectionnée selon les critères anatomiques redoutables édictés par Alain Bernardin, le père fondateur (notamment une théorie sur la fesse qui ne tombe pas au Crazy Horse).

Couguars assoiffées de chair fraîche, au bras de petits jeunes affriolants, les quadras disent aussi au monde : « J’ai quarante ans et je peux encore me mettre à poil ».
Véritable revanche people, le…

Bomb it

Bomb it : documentaire américain réalisé par Jon Reiss et diffusé en septembre 2010 sur Arte. Comment vit-on dans une ville ? Quel rapport on entretient avec l’environnement urbain ?
Le taggeur, c’est quelqu’un qui réagit face à un environnement qui lui est imposé et auquel il ne peut échapper. Il tente de se le réapproprier tant bien que mal.
C’est un peu comme s’il y avait une violence de la ville, parce qu’elle ne laisse pas suffisamment de place à l’individu.
D’ailleurs, les politiques d’urbanisme sont chargées, en partie, de contrer cette impossibilité d’une inscription de l’humain dans le tissu urbain.
Les taggeurs réamorcent un dialogue avec leur environnement, dialogue ininterrompu dans les sociétés qui vivent dans un rapport constant à la nature.
Artistes, sans emploi, exclus, ils adoptent une posture particulière par rapport à la ville. Ils ne l’utilisent pas comme la majorité des gens, pour qui, la ville n’a grossièrement qu’une fonction de transit. Le regard des taggeurs s’arrê…

Victor Alimpiev et Rot Front

Victor Alimpiev, un vidéaste russe, exposait trois de ses œuvres à la Galerie Sollertis du 15 avril au 22 mai derniers.
Motor Empathy la vidéo Rot Front (court-métrage muet en couleur d’une durée de 11’36’’) attirait particulièrement l’attention par sa construction et son intensité dramatique.


Image bipolaire
Dans cette œuvre, l’image est constituée de deux plans ou niveaux qui s’opposent. L’arrière plan de la vidéo est une composition de « corps », seuls objets dans le champ, avec peu de profondeur de champ. Plusieurs personnages sont rassemblés en cercle dans un petit espace et apparaissent, de face ou de dos, soit en gros plan, soit en plan rapproché selon qu’ils sont placés loin ou non de la caméra.
Cet arrière-plan se caractérise par son unicité. Une unicité formelle, avec la récurrence des silhouettes corporelles (buste/tête ; torse/tête ; tête) constituant néanmoins un ensemble dynamique, et une unicité quasi monochromatique des vêtements des acteurs, baignés dans une belle lumière…

Angelo Bellini a Toulouse

Peinture
A découvrir du 23 septembre au 23 octobre 2010 à la Galerie Alain Daudet, les paysages époustouflants du peintre italien Angelo Bellini.

Fièrement Halal

Peut-être avez-vous vu cette publicité affichée pendant le Ramadan cette année. Misant sur le second degré en mettant en scène des animaux, cette publicité n’est pourtant pas anodine. En vantant le Halal, elle se fait le relais complaisant du repli identitaire d’une partie de la communauté musulmane.

Ces animaux personnifiés déclarent ce « Fièrement Halal » comme des gens pourraient dire « Fier d’être musulman » puisque le Halal est musulman Pourquoi cette publicité table-t-elle sur le terme de « fierté » pour attirer les acheteurs potentiels ?
La question de l’identité musulmane est le concept choisi par la pub, comme cri de ralliement du public cible : la communauté musulmane. La pub dit : « Ce produit, il est comme vous, les musulmans, il est fier d’être musulman." Et implicitement :"Vous avez besoin de vous sentir fier d’être musulman. »
Peut-on avancer des causes du repli identitaire musulman ? Il s’agit d’exister quand on vous méprise. Non ou mal représentée, n’ayant pas t…

Six jours dans le Haut-Atlas

La Gazette de la Gazelle - Juin 2010
1er Jour : de Marrakech à la vallée Aït Bougemmez
Départ à 8h30 pour l’Atlas.
Certains n’avaient pas ou mal lu le programme et pensaient pouvoir faire la grasse mat’ et se prélasser à la piscine de l’hôtel. C’est râté. Dès le matin, nous partons en bus jusqu’à la Vallée des Aït Bougemmez avec notre guide, Brahim, rencontré la veille.Nous traversons d’abord la plaine via une route rectiligne.
A proximité de Marrakech, nous pouvons constater que la frénésie immobilière a aussi gagné le pays : des publicités alléchantes tentent d’attirer une clientèle fortunée en montrant des résidences luxueuses plantées dans un cadre de rêve, cependant, encore à l’état d’ébauche.
Bientôt, le paysage laisse place aux oliveraies et à l’activité agricole.
Pause à Azilal pour notre premier thé à la menthe et ravitaillement par le guide berbère.
La poursuite en minibus nous amène enfin à travers la montagne.
Les circonvolutions de la route (terribles pour certaines gazelles fâch…

ESSAYAGES - 2

Morne Rouge

Il ne savait pas quand son ami viendrait le rejoindre à Belle Fontaine. Le temps était déjà chaud et lourd, il y aurait sûrement encore des pluies torrentielles. Il lui avait dit qu'il partait à dix heures ; il serait chez lui en peu de temps.

- Ca y est, c'est lui ! Je l'entends !
- Non, Monsieur, c'est seulement votre mère qui arrive de Morne Rouge.
Il ne pouvait pas avouer à sa mère l'ennui qui l'accablait dans cette grande maison déserte. Elle avait toujours vécu ici, elle ne pouvait pas comprendre.

- Alors, mon chéri, comment vas-tu ?
- Bien, bien,...
- Tu attends ton ami, n'est-ce pas ? Il ne devrait plus tarder.
- Je l'espère...
- Tu devrais sortir un peu prendre l'air.
- Maman ! Je sortirais si cela me chante !

Elle était triste de le voir s'éloigner d'elle, de le voir quitter l'asile de son coeur. Il ne venait plus comme autrefois chercher refuge auprès d'elle. Il pourrait se passer d'elle un jour.

- Madame Demothe ?
- Ou…

Les tout-petits champions de la mixite sociale

A la maternelle, il est amusant d'observer combien l’amitié entre les jeunes enfants est indépendante de toute appartenance à un groupe social déterminé.
Les enfants se lient autour du jeu, par affinité ou simplement par hasard ("je joue avec l’enfant qui est là ce jour-là"). Ces relations enfantines, souvent très tendres, font fi de la classe sociale, de l’origine ethnique ou de la confession religieuse. Les copains sont de tous horizons. Le groupe « Enfants de la classe » ou « Enfants de l’école » semble être le seul dénominateur commun nécessaire au lien.

On peut se demander quand et comment s’effectue le glissement vers des relations plus sélectives qui donneront naissance plus tard à des groupes d’amis très homogènes socialement.

Vraisemblablement, la notion de "moi social" est encore trop abstraite pour le tout jeune enfant. On peut penser aussi que les parents n’ont pas encore jugé nécessaire de faire son éducation en matière de fréquentations.

En tous cas, …

ESSAYAGES - 1

Opéra comiquepatipatatipatatapatati

Elle était amoureuse d'un mauvais présage.Elle sentait les fleurs se dissoudrent mollement autour d'elle. Si quelque chose n'avait pas d'importance, c'était bien ce jour qui s'étiolait. Pourquoi n'était-il pas là ? Avait-elle menti ?!

- Robert ? Pourquoi ces roses ?
- ...Tu ne les aimes pas ? Elles ne sont pas assez belles pour toi ?!
- Non, non... seulement, je ne m'y attendais pas...
- Avoue, tu ne m'as jamais aimé.
- Si, si...Elle sentait qu'elle avançait sur un terrain glissant, elle avait peur de se prendre les doigts dans la portière :

- Les feuilles d'automne n'ont aucune saveur cette année...
- Elles ne sont pas mûres pour l'amour.
- Follatrons gaiement !
- C'est cela oui...(négation)
- Tu n'es jamais prêt : pas d'aventure en voiture, que d'ennui la nuit.
- OUBLIONS TOUT CELA !"

1993.



Urbanity par Cédric Bouteiller

A découvrir jusqu'au 10 avril à la galerie Alain Daudet, les peintures de Cédric Bouteiller.

Verite

"La racine carrée de la Vérité, c'est l'Amour".

Andréï Dmitriévitch SAKHAROV

Gregoire Alexandre : l'image réinventée

Le photographe Grégoire Alexandre, lauréat du Prix HSBC 2009 , était exposé du 27 novembre 2009 au 28 février 2010 au MAC à Marseille, l'occasion de découvrir un artiste talentueux.

Le sublime époustouflant
Grégoire Alexandre est familier du monde de la mode et de la publicité (campagnes pour Nike et Christian Lacroix). Il a développé au cours de sa carrière un sens précis de la structure, des lignes, des volumes, de la couleur, de la matière qu'il structure via des associations d’idées ludiques et poétiques qui rappellent parfois le travail d’un Jean-Christophe Averty à la télévision.

Sa créativité est impressionnante, ses trouvailles sont audacieuses, souvent autour de quelques éléments photographiques, une démarche qui le rapproche de l’américaine Annie Leibovitz. Spécialiste du travail en studio, il se confronte aussi aux extérieurs et aux artefacts de la nature. Parmi les photos de Grégoire Alexandre exposées à Marseille, les photos de mode "détournées" étaient pa…

Les Girls de Lauren Greenfield

A travers l'exposition itinérante "Girls and American Body" qu’on pouvait voir à la FNAC Toulouse du 30 novembre 2009 au 16 janvier 2010, Lauren Greenfield nous livre sa vision acerbe du rapport des femmes américaines à leur corps.

Séparation de corps
Les 34 clichés exposés sont séparés en deux lignes horizontales et les photos fonctionnent deux à deux verticalement soit parce qu’elles racontent la même chose, soit parce qu’elles se répondent l’une, l’autre. Un fonctionnement duel déjà présent dans
le titre de l'exposition : "Girls and American Body".

Une dichotomie qui illustre le propos de Lauren Greenfield : la séparation du moi et du corps. D’un côté, il y a les femmes et de l’autre, leur corps, construction sociale.

L'artiste raconte à travers ces clichés le destin corporel de femmes américaines de l'enfance à l'âge adulte et montre aussi l'évolution du rapport au corps : d'un corps ami et libre, on passe vite à un corps dont on se méfie…

Spiritualite

La spiritualité
est la quatrième dimension
de l'existence.

Josepha : le féminin sculpté

Josepha expose ses sculptures à Toulouse du 24 au 28 novembre 2009 à la Galerie Daudet

Corps de désirL'affiche de l'exposition, à la Galerie Alain Daudet à Toulouse du 24 au 28 nombre 2009, était intéressante. Elle montrait la sculpture en bronze d'une femme assise (Papoteuse fauteuil, H57x40x45 cm) dans une pose sensuelle, provocante.
Installée dans un fauteuil, jambes croisées, buste de biais, en appui sur un coude, la bretelle de la robe légère ayant glissé dévoilant pratiquement un sein, toisant le spectateur d'un regard direct, assumant l'indécence de la pose.
Le tout fixé dans un bronze de teinte dorée produisant un effet de chair mat ou encore de chair peinte comme font certaines femmes. Un effet de chair venant renforcer la présence de ce corps sensuel.
Les lignes obliques des jambes et du buste cadrées par les lignes verticales et horizontales du fauteuil rendant la sculpture très dynamique et donc séduisante à l'oeil.

Instant intime
La bretelle qui a glissé…